Naufrage du litanic

Naufrage du litanic

En 1981, Christian Prigent lisait un travail en cours d’écriture : « Voilà les sexes ».

De cet ensemble introuvable depuis longtemps, les cinq extraits lus sont parmi les meilleurs du livre. Document formidable à plusieurs titres : la voix de l’auteur qui témoigne de son engagement total face au public, le choix des textes, le contexte de l’époque. On retrouve ici pleinement « l’esprit du temps » et la complexité intellectuelle de la fin des années 1970.

12,00€

En stock

Information Complémentaire

Poids 70 g
Dimensions 16 x 17 cm
Collection

Poésie sonore

Date de parution

octobre 2008

ISBN

978-2-915-232-54-7

ean

9782915232547

Durée

40 minutes

Description du produit

Enregistrée le 22 mai 1981 au CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux, cette lecture était programmée à l’occasion d’une soirée de rencontres à laquelle étaient également invités Denis Roche, Claude Minière, Jean-Pierre Verheggen, Valère Novarina. Christian Prigent – lecteur hors pair de ses textes, scandés et martelés – lisait un travail en cours, Voilà les sexes, publié la même année aux éditions Luneau-Ascot (épuisé). Par le choix des textes, la qualité du moment qui se ressent dans la lecture, la voix de l’auteur communiquant son engagement total, le contexte de l’époque, ce document est historique. Il comporte, en outre, plusieurs moments d’anthologie, dont la chanson de la deuxième partie.

Christian Prigent a publié de nombreux livres, notamment chez POL. Il fait de la langue une matière vivante et non un outil mort. On entre dans ses textes comme en territoire étranger, avec une langue qui dérape et trébuche, se ramasse et s’invente dans une sorte de carnaval de l’effroi. C’est du parler populaire, de l’ancien français, du latin déjanté, de l’urgence à mettre des mots à la queue leu-leu où s’élève la voix du combattant, du résistant qui entend continuer à dire et à écrire « contre ce qui nous voue à la stupidité meurtrière du monde ». Toujours une nouvelle démonstration de dynamitage des conforts et des conventions.