Jean Sabrier, catalogue

Jean Sabrier

Auteur: .

Catalogue de l’exposition Jean Sabrier au Musée Jean-Cocteau (Menton) du 05/11/2011 au 07/05/2012
avec des textes de Célia Bernasconi, Bernard Noël, Jean Louis Schefer

20,00€

Information Complémentaire

Poids 440 g
Dimensions 20 x 27 cm
Collection

Poésie et art contemporain

Date de parution

novembre 2011

Nombre de pages

84

ISBN

978-2-915232-77-6

ean

9782915232776

Contributeur

Jean Louis Schefer│Bernard Noël │Célia Bernasconi

Description du produit

Depuis la fin des années 70, Jean Sabrier travaille à partir des images de la peinture, en référence, en citation ou en déconstruction. Cette question se traduit par le choix, comme sujets, d’objets déjà représentés et repris en tant que tels chez Uccello ou chez Duchamp. Ce sont des images, c’est-à-dire des pensées ; elles ont pris forme sans être limitées à l’apparence qui les représente. En tête, vient cet objet mystérieux qu’est le mazzocchio : une coiffe circulaire composée de 192 facettes. Uccello y voyait le portrait d’un œil, et il en a fait l’objet expérimental de la perspective.

Toute l’œuvre de Jean Sabrier est une suite d’exercices visuels orientés vers une mise en évidence qui génère un plaisir pensif aussi bien qu’esthétique. Pas de démonstration, rien que des réalisations conscientes de leur contenu et des règles capables d’en faire partager la genèse et l’accomplissement. Quand elle est bien dirigée, la perception peut aller plus loin que ne va la vue, et là, dans un frémissement extrême, s’épanouit un sentir qui voit.
Bernard Noël

Ensuite il y a l’urinoir et la broyeuse de chocolat. Ce sont des machines qui ne racontent pas d’histoire sinon un déplacement de référence du corps physique, et sont, à tout prendre, l’histoire de leur corps. En soulevant le tissu de la coiffe traditionnelle des Florentins, Uccello découvre l’invisible sous la forme d’un objet devenu l’emblème

d’une résistance silencieuse. Avec ses machines visuelles, Jean Sabrier dévoile les nouveaux espaces d’un regard tissé dans le fil du temps. L’acte de voir, soudain débordé par l’imaginaire, s’enfonce dans l’épaisseur d’un savoir…

Que l’on me pardonne l’espèce de familiarité par laquelle je m’entretiens avec Jean Sabrier. Tout cela fait partie de nos conversations depuis des années ; depuis, précisément, qu’il m’a posé une question lumineuse sur la place du corps géométrique dans la peinture ou dans l’histoire de la peinture. Le « mazzocchio » de Paolo Uccello et les machines de Duchamp.
Jean Louis Schefer

Ses œuvres sont conservées dans des collections suivantes : Centre Georges Pompidou Paris (achat du Cnap), Frac Aquitaine, Frac Limousin, capcMusée d’art contemporain de Bordeaux, Musée de La Roche-sur-Yon, FRAC Poitou-Charentes, Musée de l’Abbaye Ste Croix Les Sables d’Olonne, Musée Jean Cocteau Collection Séverin Wunderman Menton, galerie Francis Naumann New York.

Ainsi que chez des amis artistes et écrivains : Richard Hamilton, Arturo Schwarz, Jean Louis Schefer, Bernard Noël, Valère Novarina, Jacqueline Duchamp-Matisse…

JSmenton1 JSmenton2

Vue de l’exposition Jean Sabrier - Musée Cocteau (Menton) / nov 2011 > mai 2012 © François Fernandez

Vue de l’exposition Jean Sabrier – Musée Cocteau (Menton) / nov 2011 > mai 2012
© François Fernandez