Grand cahier Michel Deguy

Grand cahier Michel Deguy

Auteur: .

Ce grand cahier de 350 pages consacré à Michel Deguy est constitué de textes inédits ou dispersés dans des revues et journaux, souvent introuvables aujourd’hui. Entre ouvrage critique historique et hommage aux amitiés et rencontres, c’est une approche dynamique de l’œuvre et du parcours intellectuel de Michel Deguy.

30,00€

En stock

Information Complémentaire

Poids 1210 g
Dimensions 21 x 28 cm
Collection

Poésie

Date de parution

octobre 2007

Nombre de pages

350

ISBN

978-2-915232-46-2

ean

9782915232462

Description du produit

Le grand cahier Michel Deguy rassemble de nombreuses contributions, textes inédits ou dispersés dans des revues et journaux, souvent introuvables aujourd’hui, sur l’œuvre du poète et écrivain Michel Deguy. La coordination de l’ouvrage a été assurée par par Jean-Pierre Moussaron.

Il croise différents domaines, de la poésie à la littérature, en passant par la critique et la philosophie. Il se situe donc entre un ouvrage critique historique et un hommage aux amitiés et rencontres, formant une approche dynamique de l’œuvre et du parcours intellectuel de Michel Deguy.

Composé de cinq parties, le cahier s’ouvre sur une longue rhapsodie autobiographique, à la fois creusante et rompue, sorte de « confession » par coup de sonde dans les fossés abyssaux de ce que l’auteur nomme « l’échec ».

La seconde partie, « Sous escorte », rassemble un cortège de lectures et de textes critiques dédiés à Louis Aragon, Jean Cocteau, Roland Barthes, Louis-René des Forêts, Pierre Michon, Pascal Quignard, Jacques Derrida, Gérard Granel… les amis écrivains, poètes, philosophes, incontournables au projet de ce Cahier.
« Cours de vie », la troisième partie, est consacré aux nombreuses interventions, conférences, colloques, discours prononcés, qui ponctuèrent maints évènements publics ou privés.

Ce cahier ne serait pas complet s’il n’y avait l’écho, en contrepoint, de différents points de vue extérieurs à « l’œuvre-portrait » de Michel Deguy. S’y emploient Claude Mouchard, Jean-Luc Nancy, Philippe Verstraten, Yves Charnet, Jean- Pierre Moussaron, Wilson Baldridge…

En point final se trouve un précieux appendice souhaité par Michel Deguy : la réédition du poème « Les meurtrières », paru sous forme de plaquette chez P.-J. Oswald en 1959 et disparue en 1960, lors de la saisie du fonds de l’éditeur (à l’époque engagé contre la guerre en Algérie).

Né en 1930 à Paris, Michel Deguy a enseigné la philosophie jusqu’en 1968 puis, la littérature française à l’université de Paris VIII. Il a appartenu au comité de lecture de Gallimard entre 1962 et 1987, puis a présidé de 1990 à 1992, le collège international de Philosophie dont il est membre. Rédacteur en chef de la revue Po&sie depuis 1977, il participe aux revues Critique et Les Temps modernes. Il reçoit le Grand Prix National de poésie en 1989.