« Poésie multipiste » festival itinérant mars 2019

« Poésie multipiste » festival itinérant dans le temps du printemps des poètes et alentours.

La littérature monte sur scène. L’ensemble des propositions forme un livre vivant, poétique et sonore.

Une des propositions forte cette année est le rapprochement littérature musique vers un « format chanson ». Formes prototypes, formes limites, pour découvrir l’écriture de recherche au présent.

Proposer la voix comme le lieu de l’écriture.

Mettre le sens à l’épreuve du son.

Mettre les textes en position d’être altérés par la musique.

Le bleu du ciel a passé commande à plusieurs auteurs et musiciens pour expérimenter ces « chansons déviées » et autres pièces « texte et son » : Cécile Sans et Natacha Muslera ; Valérie Philippin ; Vannina Maestri et Wallpaper ; Frédéric Forte et Ian Saboya ; Sylvain Perge ; Didier Vergnaud avec Frédéric Desmesure et Mathias Pontévia ; Didier Vergnaud et Jean-Michel Espitallier ; Bobbijn ; Didier Arnaudet et Manuel Duval ; Benjamin Charles.

Nous accueillerons aussi des lectures de Jean-Marie Gleize, Charles Pennequin, Olivier Domerg, Vincent Lafaille.

 

Les auteurs et artistes de cette manifestation

 

Vannina Maestri

CAPC27 WEB

Conçoit l’écriture comme un territoire passager en continuelle mutation où des propos s’entrecroisent sur une surface qui minerait un discours vrai.

Une architecture du monde tout en effondrement dans sa stabilité, en continu dans le discontinu. Constructions, montages d’énoncés qui sitôt tenus s’effondrent sur eux-mêmes. (Hortense Gauthier)

 

Publications récentes

Montage et minage, Entretien avec Emmanuèle Jawad, Création et politique, Revue Diacritik, 2016

Nobody Van Gogh, texte inédit, Revue Sarrazine n° 16, 2016

La perception de l’espace, Revue PLI, n° 6, 2016-2017

Je travaille, Revue remue.net, 2017

MOBILES 2, éditions Al Dante, 2010.

 

 

Natacha Muslera

Muslera

L’usage de la voix s’avère multiple pour elle : à la fois en tant qu’instrument, objet de recherche et de pensées, outil de soin. Les performances, compositions et improvisations radicales, bruitiste, muette, aveugle, autiste-co(s)mique de l’artiste, confrontent tout autant les potentiels vocaux que les problématiques de normalité et d’esthétique, c’est à dire les limites que l’on assigne à la voix : celle de genre, de sexe, de classe, de registre, de langage dominant, ainsi qu’à la prédominance de certain sens… Conjointement, elle active lors de ces performances, des Chœurs in situ Queer dans différents contextes et pays, dès les années 90. Le chœur s’avère être un terrain d’expérimentation vital pour l’artiste, simultanément outil créatif, cathartique et puissance du commun. Aujourd’hui avec Choeur tac-til, chœur constitué de voyant et non voyant, elle conçoit un robot associé à de nouveaux modes compositionnels (blind partition, cOde digital, écriture par contact, haptik partition, etc..). Le Centre national de création musicale Gmem, à Marseille, collabore et l’accueille en résidence depuis 2013. Parallèlement Natacha part à la recherche de pratiques vocales souvent marginalisées.

Au fil du temps, ces travaux, essais, mutent et revêtent différentes formes : pièces radiophoniques, hörspiel, soundwalk, films, audio poème, poème vidéo, partitions, écrits, actes, performances plastiques et sonores, installations, laboratoire vocal, ateliers nomades, blind partition, conception et création d’un robot haptique…

natacha muslera.org

Quelques liens

http://choeurtactil.wixsite.com/accueil

 

 

Cécile Sans

Photo Cécile août

 

Cherche depuis l’âge de sept ans (au moins) à devenir sable. Regarde comment les épaules s’arrondissent au passage des portes. Note attentivement le vol des oiseaux. Écrit littéralement, « à mains nues ». Considère que : « Non, ce n’était pas la pluie ». Assemble, avec d’autres, les planches et branchages des cabanes. Publie désormais des extraits de son travail dans des revues comme Pli et Nioques (participe au comité de rédaction de Nioques, lui propose, récemment, un numéro 20, Danser/Écrire). Monte, dans le souci constant d’ « éteindre », de faire tomber les cailloux en silence et très droit, des fragments de sa démarche dans un premier livre, Le geste d’après, aux éditions Série discrète.

Passe désormais par sous l’eau.

 

Valérie Philippin

Philippin WEB

Chanteuse lyrique, compositrice et improvisatrice, Valérie Philippin explore la voix comme espace de dialogue et de création partagée, entre musiques contemporaines et poésie sonore. Elle est l’auteur d’un cycle intitulé « Kit Musique », pièces vocales à monter soi-même, du solo au chœur. Interprète en musique contemporaine, elle a reçu en 2010 le Grand prix de l’Académie Charles Cros pour son CD/DVD « À portée de voix » sur le répertoire vocal d’Aperghis et a publié « La voix soliste contemporaine » aux éditions Symétrie. Elle donne des Master classes en France et à l’étranger notamment pour l’IRCAM et le réseau Européen des Académies d’Opéra et enseigne à L’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux.

 

Marie-Laure Picot

Marie-Laure Picot

Fonde en 2000 à Bordeaux l’association Permanences de la littérature, avec le projet de faire découvrir aux publics les formes variées de la littérature contemporaine. Parmi ses actions, le festival Ritournelles convoque chaque automne depuis 20 ans la littérature vivante pour une série de rendez-vous pluridisciplinaires ; les différents parcours d’éducation artistique et culturelle portés par l’association permettent aux élèves et aux étudiants de Nouvelle-Aquitaine d’expérimenter la création et la webradio « Radio Ritournelles » met en partage tous les contenus littéraires enregistrés. Marie-Laure Picot a été critique littéraire au Matricule des Anges puis membre du comité de rédaction du Cahier critique de poésie (CCP Marseille).

 

Jean-Marie Gleize

PHOTO-Gleize-Muguet

Écrivain et critique, figure majeure dans le champ de la littérature contemporaine, Jean-Marie Gleize travaille à l’émergence d’une écriture objective. Ses investigations consistent à installer des schèmes mouvants permettant de lire sans jamais les épuiser certaines des tentatives textuelles, le plus souvent hybrides, qui retiennent son attention parmi les extrêmes contemporains.

Il a publié l’essentiel de son travail critique et d’écrivain au Seuil dans la collection « Fiction & Cie ». Il dirige la revue Nioques qu’il a créée en 1990. Professeur émérite de littérature moderne et contemporaine à l’Ecole normale supérieure de Lyon, où il a été responsable du Centre d’études poétiques de 1999 à 2009.

« Il n’y a de vraiment politique que ce qui surgit de la vie et fait de la vie une réalité déterminée, orientée ».

Derniers livres parus :

Trouver ici, Reliques et lisières (Seuil, 2018),

Le Livre des Cabanes (Seuil, 2015).

 

Charles Pennequin

© Fabrice Poiteaux

Poète et performeur.

Écrit depuis 1993 et a publié plus de 30 plaquettes et environ 8 livres, participé à plein de revues, sorti 5 CD & 2 vinyles, a fait quelques expos et plein de lectures dans des tonnes de villes et improvisé sur des centaines de k7 de dictaphone, vendu des DVD et fait de nombreux films au GSM ou à la GoPro. Il gesticule en France, en Europe puis un petit peu à côté depuis 20 ans. On lui a même demandé à Taiwan si ça ne le dérangeait pas si on le copiait. Il a répondu non. La vie continue…

 

Derniers livres parus :

Gabineau-les-bobines, POL, 2018

Les Exozomes, POL, 2016

 

Jean-Michel Espitallier

Jean-Michel Espitallier

Explorateur de la langue, Jean-Michel Espitallier est un poète en mouvement, qui a fait bouger les lignes de perception de la littérature. Performer et lecteur, il est également batteur pour plusieurs projets dont She Was Dancing, performance chorégraphique de Valeria Giuga (compagnie Labkine).

 

Derniers ouvrages parus : La Première Année, Éditions Inculte, 2018, Syd Barrett, le rock et autres trucs (Le Mot et le Reste, 2017) ; Tourner en rond – de l’art d’aborder les ronds-points, PUF, 2016.

 

Frédéric Forte

© Nina Medved Mjedved

Membre de l’Oulipo depuis 2005, il est notamment l’inventeur de l’opéra-minute, de la petite morale élémentaire portative, des bristols ou des 99 notes préparatoires.

Dans son dernier livre « Dire ouf », il pratique des formes très différentes allant de longs poèmes rigoureusement poly-métrés à d’autres beaucoup plus brefs, installés typographiqement dans la page, en passant par une prose inattendue en contradiction apparente avec les autres modes.

Derniers ouvrages parus : « Bristols », les mille univers, 2014 ; « Dire ouf », P.O.L, 2016.

 

Olivier Domerg

Olivier-Domerg-©Brigitte-Palaggi-HD

Écrit depuis plus de trente ans sur le paysage ou dans le paysage, et souvent également, devant lui ou au-devant de lui. Plus d’une vingtaine d’ouvrages ont paru, abordant aussi bien des espaces urbains (Treize jours à New York, voyage compris), des architectures (EN LIEU ET PLACE), des lieux multiples ou isolés (Le ciel, seul ; Restanques ; Une Campagne), ou encore, des espaces naturels ou des entités géographiques — océan, montagne, fleuve ou département (L’articulation du visible ; Fragments d’un mont-monde ; Le chant du hors champ, Rhônéo-Rodéo, etc.). Chaque nouveau livre est l’occasion d’une nouvelle saisie ou appropriation ; un pas en avant dans une tentative ouverte, constamment requestionnée, réactivée ; et, par conséquent, réaffirmée ; avec, pour chaque paysage, une volonté de trouver son écriture et sa forme.

 

Derniers livres parus :

La méthode Vassivière aux éditions Dernier télégramme.

En lieu et place aux éditions l’Atelier contemporain

La somme de ce que nous sommes aux éditions Lanskine

Treize jours à New York, voyage compris réédité au Bleu du ciel (bande annonce vidéo)

 

 

Didier Arnaudet

Didier Anaudet

Écrivain et critique d’art. Collabore à la revue Art press.

Son écriture utile plusieurs types de forme :

1/ la courte : ce qui m’importe, ce n’est pas de représenter ou de cerner, d’éclairer ou d’opacifier, mais de laisser la trace infime et vouée à le rester d’une présence ou d’une action. Il faut se méfier du spectaculaire, de l’abus des procédés de rentabilisation, des phénomènes de standardisation de l’évidence et s’en tenir à la vibration, à la dépense pure et à la trame la plus vulnérable d’une existence.

2/ l’éclatée : il faut viser la concision pour condenser et produire un effet d’énigme et constamment glisser d’une interprétation à une autre, d’une sphère à une autre, de pointer la multiplicité de leurs strates, de leurs ressources et de leurs impasses.

3/ un cadrage serré : la perception est fragmentaire, tantôt plus large, tantôt plus étroite, selon la vitalité des glissements et des affleurements, mais le plus souvent réduite à un cadrage strict du réel.

 

Derniers livres parus :

Pascal Convert : Commence alors la grande lumière du Sud-Ouest , éd. Confluences, avril 2015

La Forêt d’art contemporain , co. Maryline Desbiolles, Lydie Palaric, éd. Confluences, mars 2015

Barbara Schroeder : germinations, floraisons & autres sinuosités , éd. Confluences, 2012

Franck Tallon , préfacé par Didier Arnaudet, éd. Pyramyd (Paris), coll. Design & designer, n° 082, 2011

Mérignac : la ville élargie , photos Jean-Luc Chapin, éd. Confluences, 2011

L’Ange mal garé , éd. Le Bleu du Ciel, 2010

 

À paraître : Les jambes sans sommeil, Le bleu du ciel 2019.

 

 

Didier Vergnaud

DiV2018-c-Frederic-Desmesure

« J’énonce je ne sais quoi. On y trouve des marques, des traces, des coupures, des accidents, des témoignages, des conduites, des injonctions. Une fois écrit, je veux savoir ce que j’énonce.

J’utilise ensuite le cut cinématographique pour relancer ces propositions issues de sources pratiques comme les comportements, les caractères, les faits sociaux, la virtualité, les lois.

Toutes matières conductrices.

J’insère dans cette trame mon expérience de l’engagement. »

 

Directeur des éditions Le bleu du ciel depuis 1988 ainsi que la revue « L’Affiche » depuis 1990.

Développe les projets « chansons déviées » et « Littératures publiques ».

 

Publications récentes :

Nioques n°19 – La Fabrique – 2019 ;

PO&SIE n° 164 – Belin – 2018 ;

Qui est Paul ? (avec l’artiste Michel Herreria) – Contre-pied – 2014 ;

Factures du temps – Le bleu du ciel – 2014 ;

« L’affiche de poésie 1990-2010 », Le bleu du ciel 2011.

 

 

Vincent Lafaille

photo-vincent2

 

Son travail s’intéresse notamment à la question de la marche, du déplacement dans l’espace, dans un rapport politique aux corps, aux villes, aux lieux que nous habitons ou tentons d’habiter. Bibliothécaire, il co-anime également les éditions série discrète et est membre de l’association de promotion de la poésie contemporaine Poésie mobile.

Publication récente :

S’éloigner du sujet, série discrete, 2015

 

Sylvain Perge

Sylvain Perge 2

Pratique la poésie sonore, improvise, joue du trombone et du clavier pendant ses actions.

Intervention d’autres lecteurs et musiciens acceptée.

 

 

Mathias Pontévia

Mathias Pontévia

Il pratique essentiellement l’improvisation libre avec sa batterie horizontale (en solo, en duo, en trio, improvisation avec danseurs). Les peaux offrent ainsi une grande surface de travail et les tambours sont utilisés non seulement pour les impacts mais aussi comme caisses de résonance, amplifiant naturellement les objets manipulés ou déposés : cymbales, ferrailles, bois… Il pratique également la composition électroacoustique sur ordinateur.

Cette batterie horizontale n’est pas tant une machine rythmique qu’un générateur de vibration ; sa musique ne soutient ni n’accompagne, mais vise la fluidité des rapports avec ses partenaires et leur pratique, par l’échange, la transmission ou la transgression des énergies, par les déplacements d’air et des vibrations sonores.

Passionné par le détournement et la conception de batteries et percussions hybrides, Mathias Pontévia a fondé et dirige le Centre d’improvisation Libre à Bordeaux.

Il joue dans les groupes “Rien virgule”, “dieu”, “Bardak”… et enregistre régulièrement des émissions pour France Musique.

 

Ian Saboya

Ian saboya

Guitariste largement autodidacte, indéniablement rock, Ian Saboya est à l’origine de bon nombre de formations qui ont dépoussiéré les formats rock hexagonaux et contribué à renouveler les langages souvent figés de cet idiome. Une étendue de jeu qui questionne toujours l’instrument, son détournement, l’exploitation maximum du corps sonore et résonnant au delà de tout académisme. C’est cette approche et cette personnalité qui n’ont pas échappé à ses pairs, au public et aux professionnels puisqu’au cours de cette décennie, les groupes de Ian Saboya (Api Uiz, Chocolat Billy, Le cercle des Mallissimalistes, l’Observance,…) ont parcouru toute l’Europe mais aussi les États-Unis au gré de nombreuses invitations (Festival Roskilde, Danemark, Festival Unlimited, Autriche, Jazz à Luz)…

 

 

Manuel Duval

manuel solo

Il démarre tôt une pratique musicale dans laquelle l’expérimentation prend très vite une place déterminante. D’abord à la guitare, puis à la recherche de nouveaux modes de jeu sur divers supports plus ou moins bricolés (circuits électroniques de radios détournées ou faits maison, travail sur le feedback, MAO…), c’est désormais principalement au synthétiseur qu’il prolonge ses recherches.

Au sein de projets comme Rien Virgule, France Sauvage, 1000 Bouches, Nouvelles Impressions d’Afrique, on encore en solo, il met en pratique, en concert comme sur disque son jeu dans différents genres musicaux, cherchant sans cesse à créer des ponts entre musique expérimentale et musique populaire.

Installé en Dordogne, il s’occupe aussi du label « La République des Granges » qui publie sur disque de nombreux artistes et du « Studio de la Grange Cavale » où il met en pratique sa formation initiale de technicien du son.

 

Frédéric Desmesure

Frédéric Desmesure

Pratique la guitare électrique et accompagne régulièrement des lectures d’auteurs.

Photographe et photo-journaliste, Frédéric Desmesure s’intéresse à la vie contemporaine, aux phénomènes de société, à ce qui participe des atavismes culturels. Petits fragments par petits fragments, il réalise la construction d’un vaste corpus iconographique sur la condition humaine. Il participe à diverses résidences d’artistes. Directeur artistique de la Maison de la Photographie des Landes depuis 2014.

 

Benjamin Charles

Benjamin Charles

Musicien et artiste plasticien. Son pseudonyme en tant que musicien est Michel Bananes Jr. Son travail artistique oscille entre des projets interdisciplinaires, associant la plupart du temps une dimension visuelle et sonore. Il produit également des œuvres sonores créées dans le cadre de projets d’art participatif, éditées sous la forme de livres-audio avec les éditions N’A QU’1 OEIL. Il a enfin une activité plus «classique» de musicien dans des groupes de musique : Scarlatti Goes Electro et LoS MUCHoS.

 

 

Groupe Wallpaper

WPP0008

Rester derrière, tenir sa place. Dérouler des boucles sèches au service des textes.

Ne pas tomber dans la virtuosité, ne pas chercher l’harmonie. Merci de n’applaudir que le poète !

 

 

Bobbijn

Pepe

Tire sur ses cordes comme un musicien de rue, comme un clochard obstiné pour qui le blues n’est pas un style mais un mode de vie. Du post punk, il garde la sécheresse et une matière particulière de tomber à côté de l’harmonie, qui arrache aux esthètes un sourire complice.

 

 

Programme complet

 

Programmation en Gironde et Nouvelle-Aquitaine

 

Librairie La Machine à Lire / mercredi 6 mars à 18h30

 

Lancement de « Poésie multipiste » : un mois de festival itinérant dans cinq départements de la Nouvelle-Aquitaine.

 

Deux concerts lectures expériences.

 

Didier Arnaudet – texte, voix – et Manuel Duval – synthétiseur –

L’instabilité est la règle. Les choses restent ouvertes, disponibles à toutes les aventures possibles. Entre textes et musiques, c’est un échange libre de tout cadre qui s’instaure. La « chanson » est d’abord une affaire d’ambiances, de résonances, de voyages. Il s’agit d’expérimenter une rencontre où tout se dénoue au fur et à mesure dans une attention constante à la proposition de l’autre.

Les accords du synthétiseur capteront les balancements des mots, les interrogations des sentiments.

 

Didier Vergnaud – texte, voix – et Jean-Michel Espitallier – batterie -.

 

Le poète-éditeur, ce soir poète, croise le faire avec le poète-batteur, ce soir batteur. Une expérience pour tenter de fabriquer de singuliers objets poétiques, en live, dans un mixage aventureux de sons et de sens, de syntaxe et de groove.

 

Médiathèque « Éric Rohmer » de Tulle, samedi 9 mars

 

« Opéra coupure »

Explorer la frontière entre poésie, chanson et improvisation.

 

10h00/15h00, atelier d’écriture créative par Didier Vergnaud.

16h00, restitution des ateliers dans l’espace lecture de la médiathèque.

16h30, concert littéraire « Chansons déviées », avec Mathias Pontévia, Frédéric Desmesure et Didier Vergnaud.

 

 

Université Bordeaux Montaigne, jeudi 14 à partir de 18h30

Maison des Arts

 

Restitution des ateliers d’écriture « format chanson » avec les étudiants du master chanson française et le groupe d’écriture de Philippe Rousseau.

 

Deux concerts lectures performances

 

Frédéric Forte et Ian Saboya

LE MONDE EN KIT (UN TRUC COMME ÇA)

 

Comment, lorsqu’on est un poète issu du livre, de la page, se retrouver sur scène avec un guitariste improvisateur chevronné, dont l’art, tout en accidents, se nourrit de l’instant présent ? Peut-être en imaginant une poésie détachable, recombinable et déformable à volonté : le monde en kit, un truc comme ça.

 

Mathias Pontévia, Frédéric Desmesure et Didier Vergnaud

 

Poèmes déviés et chansons déviantes. Les phrases de ces chansons prennent un sens si bizarrement capital.

 

 

Médiathèque d’Anglet, vendredi 15 mars

 

18h00 / Restitution des ateliers d’écriture réalisés avec deux classes de collège

 

Fabriquer des chansons de circonstances.

 

19h15/ concert lecture de Frédéric Forte et Ian Saboya

LE MONDE EN KIT (UN TRUC COMME ÇA), suite

 

 

Médiathèque d’Anglet, samedi 16 mars

 

10h00 / Atelier d’écriture créative « poème=chanson », avec Didier Vergnaud

 

11h30 / concert lecture par Frédéric Desmesure et Didier Vergnaud, avec la participation des personnes de l’atelier.

 

 

Libraire Bookstore de Biarritz, samedi 16 mars, 17h00

 

Rencontre avec Didier Vergnaud, poète et directeur de la maison d’édition Le bleu du ciel.

Suivi de « Chansons déviées », par Frédéric Desmesure et Didier Vergnaud.

 

 

 

Ville de Libourne, mardi 19 mars

 

La ville se transforme en atelier d’écriture à ciel ouvert.

 

10h00 / Marché de Libourne, place de la mairie.

Concert performance de Sylvain Perge, poète sonore et musicien.

 

11h00 / Rue piétonne, déambulation des lecteurs, lectures devant et dans les magasins.

 

12h00 / Devant le lycée Max Linder, happening du groupe d’écriture de Libourne.

Concert performance de Sylvain Perge, poète sonore et musicien.

 

16h30 / Librairie Acacia-formatlivre et alentour, lectures musicales, restitution des ateliers.

Avec Charles Pennequin, Sylvain Perge, Didier Vergnaud.

 

 

19h00 / Soirée Poésie multipiste, grand café de l’Orient.

 

Avec Vannina Maestri, Cécile Sans, Natacha Muslera, Jean-Marie Gleize,

Charles Pennequin, Didier Vergnaud, le groupe Wallpaper.

 

 

Lieu sans nom, Bordeaux, mercredi 20 mars à 20h00

Soirée Poésie multipiste

 

Avec Vannina Maestri, Cécile Sans, Natacha Muslera, Valérie Philippin, Jean-Marie Gleize,

Charles Pennequin, Vincent Lafaille, Didier Vergnaud.

Avec le guitariste Ian Saboya, et le groupe Wallpaper.

 

Entre littérature et chanson, le statut de ces pièces change au fur et à mesure qu’elles se font et se défont dans le temps de l’énonciation.

 

 

Médiathèque d’Aire-sur-Adour, jeudi 21 mars à 18h30

 

Concert littéraire « Coller le monde ».

Avec Benjamin Charles et Didier Vergnaud

Hommage à Hubert Lucot.

 

Formules courtes, slogans saturés d’informations et formules lapidaires télescopent une musique pop bruitiste. Des phrases issues des ateliers avec les lycéens viendront perturber les prédictions de cette performance vocale et sonore.

En relation avec les travaux des élèves du lycée Gaston Crampe exposés à la médiathèque.

 

 

CAUE de la Gironde, jeudi 21 mars à 19h00

 

Lecture d’Olivier Domerg

« En lieu et place »

 

 

Librairie Acacia-Formatlivre, vendredi 22 mars, 18h30

 

Rencontre avec l’écrivain Olivier Domerg

« Notre enfance est devant nous »

Présentation de Marie-Laure Picot et Didier Vergnaud

 

Lecture par l’auteur d’extraits de ses livres récents.

 

 

Librairie La boussole à La Tremblade, samedi 23 mars, 17h00

 

Rencontre avec Didier Vergnaud, poète et directeur de la maison d’édition Le bleu du ciel.

 

Concert lecture avec Bobbijn – guitare – et Didier Vergnaud – texte et voix –

 

Les poèmes deviennent des partitions qui permettent une improvisation partielle lors du concert lecture.

 

 

Librairie La folie en tête de La Réole, samedi 30 mars à 17h00

 

Rencontre avec Didier Vergnaud, poète et directeur de la maison d’édition Le bleu du ciel.

 

Concert lecture de Mathias Pontévia et Didier Vergnaud

 

 

Programmation hors Nouvelle-Aquitaine

 

 

École supérieure des Beaux-Arts de Montpellier ESBA-MoCo, jeudi 28 mars, suite du workshop de Didier Vergnaud.

 

Médiathèque centrale Émile Zola de Montpellier, vendredi 29 mars à 18h30, concert lecture avec Mathias Pontévia et Didier Vergnaud.

Première partie, performance des étudiants du groupe d’écriture SNARK de l’ESBA-MoCo

 

 

Autres événements non ouverts au public

 

 

Surface poésie au CFA ISFORA Bordeaux

Surface poésie au lycée Gaston Crampe d’Aire-sur-Adour

Fête de la poésie aux collèges de Guîtres et de Coutras

Ateliers d’écriture à l’université Bordeaux Montaigne

Rencontre à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux

Ateliers d’écriture à la médiathèque de Bassens

Surface poésie à la médiathèque des Églisottes

Ateliers d’écriture à Libourne et Coutras