Le flotoir : Le temps fait rage, de Olivier Domerg

Le flotoir

« Articulation
Avec Olivier Domerg, on est constamment à l’articulation de ce qui est perçu et de ce qui peut – très peu – en être dit.
Et pour cette raison, il lui faut faire feu de tout bois. Contourner les obstacles en permanence (…) : « utiliser la toponymie comme relance, la géologie et la géomorphologie comme élucidation » et « la prose comme véhicule tout terrain » (p.52) »

« Objectif et réflexif
La prose avance (et elle avance bien, aucun effet d’enlisement ou de stagnation) mêlant croquis précis et factuels et considérations réflexives. Tout cela travaillé un peu comme une tresse, brins distincts certes mais formant un même ensemble homogène, le texte. »

Florence Trocmé | février 2016